Actualité

La communauté salésienne en deuil : Le Père César Fernandez assassiné

La communauté salésienne en deuil : Le Père César Fernandez assassiné

Le vendredi 16 février dernier, la communauté salésienne a appris la mort tragique du Père César Fernandez, Secrétaire Provincial, résidant à Ouagadougou. Ce dernier a été froidement abattu par des hommes armés à une cinquantaine de kilomètres de la frontière Togo-Burkina en terre burkinabè.
En route pour Ouagadougou, où il réside, le Père César Fernandez a été exécuté par des hommes armés après avoir passé la frontière Togo-Burkina, vraisemblablement des djihadistes. En effet, le Père César était à Lomé dans la semaine du lundi 12 au dimanche 18 février dans le cadre d’un programme de la communauté salésienne dénommé « Chapitre », tenu au Centre d’Apprentissage Maria Auxiliadora (CAMA) sis à Akodessewa. A la fin du programme, le Père César devait regagner son poste à Ouagadougou où il était nouvellement affecté. Deux de ses confrères togolais en mission à Bobo-Dioulasso devaient prendre la route le vendredi 16 février. Il a donc décidé de profiter de leur véhicule afin qu’ils le déposent à Ouagadougou, avant de continuer sur Bobo-Dioulasso. Il s’agit du père Germain Plako Mlapa et du père Fabrice Aziawo.
A une cinquantaine de kilomètres, après la frontière, des hommes armés non identifiés, apparemment des djihadistes venaient d’attaquer un poste de douanes où ils avaient tué les douaniers qui étaient de service. C’est au moment où ils allaient quitter, après avoir commis leur forfait, que le véhicule des trois prêtres arrivait sur les lieux. Après l’avoir fouillé de fond en comble et dépouillé les trois prêtres de tous leurs biens, ils les ont emmenés dans la brousse où ils ont séparé le père de ses deux confrères et lui ont tiré sur la tête, l’abattant sans autre forme de procès.
Qui est le père César Fernandez?
En 1982, l’Archevêque de Lomé, Monseigneur Dosseh Anyron, lors d’une visite en Espagne, fut impressionné par la mission des salésiens qu’il a découverts surplace à la paroisse Maria Auxiliadora. Il leur a donc demandé s’il y avait possibilité pour eux d’envoyer une mission au Togo pour s’y installer à partir de l’implantation d’une paroisse avec la même dénomination.
C’est comme cela qu’après des concertations, le Père César Fernandez est arrivé au Togo la même année en compagnie de deux autres confrères, les Pères Lucas CAMINO et Juan Manuel MELGAR.
Ils débutèrent effectivement leur Mission au Togo en installant en premier lieu la Paroisse Maria Auxiliadora de Gbényédzi.
De 1982 jusqu’à nos jours, la communauté salésienne par ses nombreuses œuvres, a conquis la zone sud-ouest de Lomé, à savoir les quartiers Gbényédzi, Ablogamé, Akodésséwa, Kangnikopé, Gbodjomé.
En qualité de curé de la paroisse, le Père César a fait construire le centre d’Apprentissage Maria Auxiliadora (CAMA) à Akodésséwa pour assurer aux jeunes leur prise en charge dans la vie active. Le centre CAMA a fait et continue de faire ses preuves.
A Gbodjomé, le père César a initié le Noviciat salésien connu de tous.
Après des années passées au Togo et au vu de ses expériences, la communauté salésienne l’a détaché en Côte d’Ivoire, plus précisément à Korogho, au centre du pays (une zone de guerre).
Plus tard, la communauté ayant senti le besoin de faire installer une mission au Burkina-Faso, le père César, toujours pour sa maitrise de l’Afrique, a été sollicité pour ce faire. Voilà pourquoi il réside actuellement à Ouagadougou.
Le père César est très connu et apprécié dans la communauté salésienne au Togo, surtout pour son charisme, son sens de l’initiative et sa maitrise de l’Ewé (dialecte principal parlé au sud-Togo)
Ironie du sort, il vient de célébrer ses 50 ans de sacerdoce quelques jours avant son assassinat, lors de leur programme « chapitre » au milieu de ses autres confrères salésiens, comme s’il savait qu’il allait mourir quelques jours après.
De son vivant, il a toujours exprimé le vœu d’être enterré au Togo. Ainsi en hommage à cette volonté manifeste, la Communauté salésienne organise un triduum sur toutes les paroisses de la Communauté du lundi 19 au mercredi 21 février les soirs à 18 heures.
Aux dernières nouvelles, une modification important est intervenue dans le programme des obsèques et sera rendue publique les heures à venir.

Actualité

A lire dans Actualité

Copyright © 2018 Presse-Alternative.