Social

Ordures ménagères, problème de santé publique

Ordures ménagères, problème de santé publique

La gestion des ordures ménagères à Lomé et dans les autres villes du Togo est une véritable problématique pour les autorités en place. On ne peut pas circuler à Lomé sans voir dans chaque quartier des dépotoirs. Devant certaines maisons et même sur les artères de la ville, on y voit des tas d’ordures dont les odeurs sont répugnantes. Pour gérer cette insalubrité, les autorités ont initié, en collaboration avec certains partenaires, des projets. Nombre de ces projets consistaient à placer dans des quartiers et dans les endroits les plus animés de la ville des contenants servant de dépotoirs. Des publicités ont été faites autour de ces projets et des sensibilisations à l’endroit des populations menées; mais la situation demeure inchangée. C’est ainsi que des sociétés privées, soucieuses de la propriété de la ville ainsi que de l’état de santé des populations, se sont lancées dans la collecte et la gestion des ordures.

Dans les années 90, une société dénommée « SOTOEMA » a signé un accord avec le gouvernement pour collecter et gérer les ordures ménagères. Suite à ce contrat, ladite structure s’est dotée des engins appropriés et s’est mise à l’œuvre. Il s’est révélé que sous la prestation de cette société, Lomé était propre. Mais, quelques années après, la structure s’est écroulée sous le poids des dettes. L’Etat n’a pas honoré ses engagements financiers à son égard. A ce jour, c’est une autre société dénommée « ZOOM LION » qui se charge de collecter dans chaque quartier des ordures; mais à quel prix ?

Ce qui a attiré notre attention, ce sont des camions qui, chargés d’ordures ménagères, traversent la ville chaque jour en direction de Zanguéra. Il convient de noter qu’au passage de ces véhicules, les usagers de la route sont obligés de se boucher les narines. L’odeur qui s’échappe de ces ordures est très nauséabonde et insupportable. Ce qui est frustrant, c’est que de ces véhicules chargés s’écoulent un liquide verdâtre qui laisse des traces sur la chaussée. Ce liquide fait perdurer l’odeur désagréable des minutes durant. Devant cette situation, les autorités municipales ne réagissent pas. Des honnêtes citoyens se plaignent de cette situation, mais ne savent à qui s’adresser.

Nombreux sont ceux qui pensent qu’au lieu de déplacer ces ordures d’un endroit à un autre tout en traversant la ville, intoxiquant ainsi les populations, ceux qui se sont assigné cette mission de collecte et de gestion de ces ordures devront, avec l’appui des autorités municipales, traiter sur place les ordures ou au cas contraire, l’Etat doit doter ces structures privées de collecte d’ordures des engins appropriés ainsi que des fonds d’entretien de ces matériels roulants.

Social

A lire dans Social

Copyright © 2018 Presse-Alternative.