Actualité

Pétrolegate/Argent, bijoux, voiture… : Comment Bernadette LEGZIM-BALOUKI était entretenue par le CSFPPP. Plusieurs acteurs impliqués dans le scandale auditionnés

Pétrolegate/Argent, bijoux, voiture… : Comment Bernadette LEGZIM-BALOUKI était entretenue par le CSFPPP. Plusieurs acteurs impliqués dans le scandale auditionnés

Le décret N°2010-146/PR relatif au mécanisme d’ajustement automatique des prix à la pompe des produits pétroliers décline le rôle et les responsabilités de chaque acteur appelé à intervenir dans le secteur de l’importation du pétrole. L’article 9 du décret précise la composition du comité : « Le comité de suivi des fluctuations des prix des produits pétroliers est composé comme suit : Le ministre chargé du Commerce Président ; le ministre chargé des Finances vice-président ; le ministre chargé des Mines membre ; un représentant du Premier ministre membre ».

Ainsi donc le CSFPPP, as s i s t é d’une commis si on technique dont les membres sont nommés par arrêté interministériel, sont placés sous l’autorité directe du ministère du Commerce et de la Promotion du secteur privé. C’est d’ailleurs ce dernier qui engage l’Etat auprès du fournisseur retenu par appel d’offre par un engagement de payement. Le ministère du Commerce et de la Promotion du secteur privé est le supérieur hiérarchique du comité et il a droit de regard sur tout ce qui se passe dans le sous-sol de son département où logeait jusqu’à une récente période le CSFPPP.

Lire aussi : Importation du pétrole/Dessous d’un grand scandale : Fabrice Adjakly, complice de VITOL, disparaît avec plusieurs milliards

Les membres du comité ayant mis en place un dispositif de corruption de haut niveau, faisaient feu de tout bois pour mettre dans leur escarcelle le tout nouveau ministre du Commerce afin que ce dernier ne cherche pas t r op à comprendre ce qui se passe dans le sous-sol. La plupart des ministres du commerce ayant géré ce département étaient entretenus par les premiers responsables du comité. Le cas qui nous intéresse dans cet article est celui de Mme Essossimna Bernadette LEGZIM-BALOUKI, l’ancien ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé qui, pendant 6 ans, a couvert les magouilles et fraudes du comité, surtout du père et fils Adzakly moyennant d’énormes avantages en nature, argent et d ‘ a u t r e s b i e n s .

L e s responsables du CSFPPP entretenaient donc la ministre Essossimna Bernadette LEGZIM-BALOUKI en argent, beaucoup d’argent qu’elle recyclait dans l’achat des bijoux onéreux. Si l’article 145 de la Constitution togolaise portant déclaration des biens des gouvernants et responsables des sociétés d’Etat était mis en application depuis des années, on aurait pu avoir une idée claire des biens que l’ancienne ministre du Commerce a acquis durant son passage au ministère, comme par exemple cette résidence à Kégué non loin du petit contournement. Elle a également bénéficié d’une voiture de marque Prado 4X4 neuve de la part des membres du CSFPPP.

Lire aussi : Petrolegate : A quelle autorité un membre du CSFPPP a-t-il offert deuxrésidences construites sur une réserve à Kégué ?

Voiture qu’elle continue d’ailleurs par rouler à ce jour. Comment une ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé peut-elle se permettre d’obtenir des avantages des e s subalternes ? Depuis plus d’un mois la Rédaction cherche à échanger avec l’ancienne ministre du Commerce Mme Essossimna Bernadette LEGZIM-BALOUKI, sans succès. Après plusieurs coups de fil et messages, elle a fini par décrocher en disant qu’elle était à l’intérieur et qu’elle sera à Lomé à la fin du mois de juillet. Fin du mois, la Rédaction a tenté reprendre, en vain, les contacts avec elle. Les coups de fil et autres messages envoyés pour avoir sa version n’ont pas connu de suite. Nous avons donc compris qu’elle a fait le choix du silence dans ce dossier.

Lire aussi : Petrolegate/Les folles dépenses du CSFPPP. Tentative d’entrave à la mission des inspecteurs

Aux dernières nouvelles, la plupart des personnes citées dans le dossier “petrolegate” font l’objet d’une audition depuis un moment par les services compétents. Il s’agit d’un comité spécial mis en place pour comprendre le fond de cette affaire et situer les responsabilités. Nous reviendrons largement sur les dossiers.

Actualité

A lire dans Actualité

Copyright © 2018 Presse-Alternative.