A la découverte: Alima Zagré, une passionnée de l’agroalimentaire

0 0
Read Time:2 Minute, 35 Second

« Manger, c’est incorporer un territoire ». Jean Brunhes. « Ne pas creuser votre tombe avec votre propre couteau et une fourchette », proverbe Anglais

Après avoir occupé des postes dans des structures, Alima Zagré, burkinabè d’origine, est titulaire d’un Master en fiscalité. Mais cela n’a pas constitué pour elle une limite pour mettre en place son nouveau système agroalimentaire.

En effet nos marchés africains deviennent de plus en plus des lieux où se déversent des produits alimentaires aux composants très douteux. Et pour lutter contre un tel phénomène, elle se lance dans la transformation de volaille. « Je suis fière parce que je fais vraiment ce que j’aime, j’adore le domaine de l’agroalimentaire, et j’arrive à employer des personnes ; c’est tellement passionnant », confie la fondatrice de « la volaille du Faso ». Une telle réalisation est le fruit d’un rêve d’enfance pour lequel elle s’est doté les moyens.

Travaillant à l’époque avec des ONG, elle manquait de temps pour se consacrer à sa passion. C’est ainsi qu’elle décidera de quitter définitivement ces organisations pour exceller dans son domaine de prédilection. « Je me suis lancée dans cette nouvelle aventure, mais je n’arrivais pas à satisfaire mes clients parce que je devais partager mon temps entre mon travail à l’ONG et mon commerce. C’est ainsi que j’ai décidé de me consacrer à plein temps à mon business. J’ai ma propre entreprise », témoignait-elle il y a quelques années. Avec un local équipé en matériels, son entreprise fait un travail à la chaine : production, transformation et commercialisation des lapins, des pintades et poulets qu’elle fournit aux hôtels, restaurants, grossistes, dispose d’un espace pour des clients qui veulent consommer sur place. Elle fait même des livraisons vers  l’étranger.

Dans le but d’atteindre d’autres performances, Alima s’offrira des formations pour répondre à d’autres opportunités qui frapperont à sa porte.

« Je suis toujours à la recherche d’opportunités pour approfondir mes connaissances et développer mon activité, ainsi je participe à des activités d’informations, des foires et des partages d’expériences », confirme-t-elle. Son parcours et années d’expériences lui permettront de devenir membre cluster (grappe d’entreprises) volaille, soutenu par le Programme d’Appui à la Promotion de l’Entrepreneuriat Agricole (PAPEA). Le biais par lequel, elle aura bénéficié de plusieurs formations liées à son domaine d’activités et commercialisé sur d’autres sphères ses produits.  Son partenariat avec d’autres entreprises sera pour elle une aubaine d’autres conquêtes, de plus de visibilités et un moyen de collaboration pour plus mener de réflexions pour plus d’avancées.

Si par constat, et comme l’aura confirmé Emerson que la première richesse est la santé et que l’homme selon Lucrèce est ce qu’il mange, encourager et promouvoir un peu partout ces initiatives ne peuvent qu’assurer une meilleure condition de vie des populations par la consommation des aliments sains dont elles savent l’origine et leur mode naturel de transformation. Car, la destinée des nations selon les dires de Jean Anthelme Brillant Savarin in Physiologie du goût, dépend de la manière dont elles se nourrissent.

Affectueusement dénommé « Amina poulet », cette entrepreneure souhaite installer des filiales dans les pays voisins et peu à peu occuper une importante place sur l’échiquier mondial.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %