Le forum sur la révolution verte s’attaque aux crises alimentaires et des engrais

0 0
Read Time:5 Minute, 14 Second

Par Timothy A. Wise

Conseiller à l’Institut pour la politique agricole et commerciale et chercheur à l’Université de Tufts.

Institut pour l’agriculture et la politique commerciale, Université Tufts

Alors que les responsables gouvernementaux, les dirigeants d’entreprise et les donateurs internationaux se préparent à se rendre à Kigali, au Rwanda, pour le premier Forum africain sur la révolution verte en trois ans, ils seront confrontés non seulement les uns aux autres, mais aussi à un défi fondamental pour leur mission principale.

Les engrais inorganiques, le catalyseur espéré d’une révolution de la productivité, ont vu leur approvisionnement perturbé par la guerre entre la Russie et l’Ukraine, et les prix ont doublé, triplé, voire plus. Les engrais sont donc devenus moins abordables pour les gouvernements, dont beaucoup subventionnent largement leur achat, et pour les agriculteurs, dont beaucoup sont devenus fortement dépendants de ces intrants importés.

À court terme, la crise des engrais exacerbe une crise alimentaire déjà avancée par le Covid-19, les conflits et le changement climatique. Les Nations unies estiment que 346 millions de personnes en Afrique subsaharienne souffrent d’une grave insécurité alimentaire. Le Programme alimentaire mondial des Nations unies estime que la pénurie d’engrais entraînera une baisse de 14 % de la production céréalière et pourrait plonger 7 millions de personnes supplémentaires dans l’insécurité alimentaire.

À long terme, cependant, la crise remet en question le modèle même de la révolution verte, en poussant les agriculteurs et les gouvernements à réduire leur dépendance à l’égard de cet intrant coûteux issu des combustibles fossiles, que la plupart des pays importent.

Semences commerciales

C’est précisément ce que réclament depuis des années la société civile, les agriculteurs et les chefs religieux africains, qui affirment que l’approche de la révolution verte « fait plus de mal que de bien ». Ils ont formulé cette demande avant le Forum sur la révolution verte de l’année dernière, en remettant une lettre signée par plus de 200 organisations qui demandaient aux donateurs de l’AGRA de cesser de financer l’initiative.

Ils avaient des preuves de leur côté, et depuis lors, d’autres ont été produites. Des études antérieures avaient montré que l’ensemble des semences commerciales et des engrais de la révolution verte n’avait pas réussi à augmenter de manière significative la productivité, les revenus ou la sécurité alimentaire de 30 millions de familles de petits exploitants, comme l’avaient promis l’AGRA et ses donateurs. La diversité des cultures a diminué avec la promotion massive du maïs et du riz, et la diversité des régimes alimentaires s’en est trouvée réduite. Le nombre de personnes souffrant de faim chronique dans les 13 pays cibles de l’AGRA a augmenté de 31 % au lieu d’être réduit de moitié. Globalement, 50 % d’Africains de plus souffrent de la faim aujourd’hui qu’en 2006, lorsque la Fondation Bill et Melinda Gates et la Fondation Rockefeller ont lancé l’AGRA.

En février, une évaluation commandée par la Fondation Gates sur les cinq dernières années de l’AGRA a confirmé ces mauvais résultats pour les agriculteurs. Les rendements ont augmenté lentement, les revenus ont à peine progressé et l’insécurité alimentaire est restée endémique dans les zones rurales. En outre, l’évaluation a révélé que les effets sur l’environnement étaient négatifs et que les principaux bénéficiaires n’étaient pas les petits exploitants féminins mais des agriculteurs masculins plus riches.

Les donateurs ont jusqu’à présent ignoré les conclusions de leur propre évaluation. L’Agence américaine pour le développement international, l’un des principaux bailleurs de fonds de l’AGRA, a rapidement rejeté les conclusions critiques, déclarant : « Nous apprécions la réponse de l’AGRA aux conclusions du rapport et sommes d’accord avec les prochaines étapes proposées pour améliorer les résultats de la performance. » Après une séance d’information organisée le 30 mars par des leaders de la société civile africaine à l’intention des membres du Congrès américain, trois représentants ont écrit une lettre à leurs collègues pour leur demander de reconsidérer le financement de l’AGRA et d’exiger une plus grande responsabilité pour ses faibles performances.

C’est ce qu’exigeront les leaders de la société civile africaine lors d’une conférence de presse virtuelle le 1er septembre. Certains de ces mêmes dirigeants, dont beaucoup sont affiliés à l’Alliance pour la souveraineté alimentaire en Afrique, fustigeront les donateurs de l’AGRA pour leur inaction et « demanderont la fin de la révolution verte qui a échoué », car elle « a accru la dépendance du continent à l’égard d’intrants importés coûteux et a sapé la résilience des systèmes alimentaires africains ».

Ignorant cet impératif, les gouvernements africains redoublent surtout de combustibles fossiles et d’engrais. Le Dr. Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement, a récemment annoncé la création d’une Facilité africaine de production alimentaire d’urgence de 1,5 milliard de dollars pour aider les gouvernements à acheter davantage d’engrais à prix élevé, promettant que cela entraînerait des « changements structurels dans l’agriculture. » Selon le Dr Adesina, « si nous ne résolvons pas le problème des engrais, nous ne pourrons pas résoudre le problème de l’alimentation ».

Combustible fossile

Pour le réseau continental diversifié de l’alliance pour la souveraineté, le problème des engrais ne sera pas résolu en renforçant la dépendance de l’Afrique à l’égard d’intrants fossiles non durables. L’alliance réclame depuis longtemps un changement structurel plus profond, exigeant que les donateurs et les gouvernements abandonnent l’agriculture industrielle dépendante des importations, que certains appellent « l’agriculture stupide face au climat ».

Les crises alimentaires et des engrais d’aujourd’hui soulignent l’urgence de ce changement. Les organisations de base n’attendent pas que les donateurs et les gouvernements agissent. Certains membres de l’Alliance produisent désormais des engrais organiques fabriqués à partir de matériaux d’origine locale dans des « centres de production biologique » à travers l’Afrique. Nombre d’entre eux accueilleraient favorablement le soutien des gouvernements et des bailleurs de fonds pour développer de telles initiatives.

Lorsque vous vous trouvez dans un trou, l’adage dit qu’il faut arrêter de creuser. Au lieu de répondre à la crise des engrais en creusant un trou si profond que les agriculteurs africains ne peuvent en sortir, il est temps que les promoteurs de la révolution verte posent leurs pelles et admettent que l’avenir sous contrainte climatique les a dépassés. Les pelles pourraient être très utiles dans la production d’engrais organiques fabriqués à partir de matériaux locaux.

Timothy A. Wise est conseiller principal à l’Institute for Agriculture and Trade Policy et chercheur à l’université de Tufts. Il est l’auteur d’une évaluation de l’AGRA pour 2020.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %