Togoville/  »Togo-Ƒeme » : des universitaires américains à la source de l’histoire

0 0
Read Time:3 Minute, 44 Second

A Togoville, berceau du Togo,  »la maison Togo » a eu pour hôtes le jeudi 14 juillet 2022, une délégation d’universitaires américains accompagnés de collègues togolais. Son roi, Asrafo Plakoo-Mlapa,   dans un  »cours magistral », a fait connaitre l’histoire de la ville, sa culture et surtout le lien entre la tradition et l’église catholique. L’accueil de la délégation a été faite par une libation, un rituel d’entrée.

A travers une visite du palais du roi Mlapa, signataire du traité de protectorat le 5 juillet 1884, la délégation a bénéficié de témoignage de première main sur l’histoire coloniale du Togo. Il s’agissait, par cette visite, pour la quinzaine de professeurs américains venus d’Oakton Community College dans l’Illinois, d’approfondir leurs connaissances sur l’histoire et la culture des Ewés.

L’histoire du Palais Royal de la ville berceau du Togo a été racontée aux visiteurs. Pendant des siècles (5 au moins), les forces françaises, sans être les seules, ont mené une ruée esclavagiste sur l’Afrique. La Lignée du roi actuel, pour mieux sauvegarder la paix et mieux l’exercer, même en arme redoutable, s’est transmuée en guerriers protecteurs.  de celui qui, en son temps, le Prêtre-Roi AGOMEGAN PLAKOO MLAPA, le Fondateur du Togo, a dû donner 24 heures aux forces françaises et anglaises de quitter son Territoire, et de demander et obtenir difficilement vis-à-vis d’un empire germanique réticent à s’y engager. La signature du Traité de Protectorat le 5 juillet 1884 dont l’idéal se trouve exprimé au premier article en deux alinéas : – Le Roi MLAPA est désireux de protéger sur sa Côte exclusivement le commerce légitime. – Le Roi MLAPA demande la protection de l’Empire germanique afin d’être capable de maintenir l’INDEPENDANCE de son Territoire.

Pour l’historien allemand Dr Peter H. SEBALD, « sans Roi Plakoo, aucun Togo aujourd’hui ». Et à en croire Yves MARGUERAT, historien et géographe français: « l’acte des 4, 5 et 6 juillet 1884 donne aux Togolais beaucoup plus qu’un nom, une existence collective et une place dans le Concert des Nations et pour toujours…».

L’enracinement dans les traditions constitue l’autre richesse de cette ville dont le pays porte le nom. Le berceau togolais se veut le centre historique des pratiques religieuses. Le culte traditionnel et le catholicisme font presque bon ménage. Asrafo Plakoo-Mlapa définit le vodou comme la liberté dans la diversité, fondamentalement comme étant la «base de l’harmonie universelle de l’humanité ». L’érection de la sainte croix à Togoville date de 1893. « La traverse de la croix est taillée d’un arbre fétiche offert par le chef au R. Père Pro-Préfet. L’érection et la bénédiction de la croix eurent lieu le soir vers 4 h 30. (…) », peut-on lire dans extrait du livre du R. Père Mathias Dies SVD  »Untesden schivaszen » chez les noirs, Edition 1901.

Loin d’avoir donné son nom au pays, Togoville est la ville fondatrice de l’Etat Togo. Il s’agissait d’un Togo de plus grand de 90 600 km2. L’histoire de Togoville mérite donc d’être connue et promue. « Il y va de la grandeur du pays et je veux citer Émile Zola :  »La vérité et la justice sont souveraines, car elles seules assurent la grandeur des Nations. » ».

« On ne peut pas bâtir sur du mensonge et la falsification », a martelé le roi de la ville éponyme. Togo-Ƒeme, La Maison du Togo, a ouvert depuis 1956 sur le mausolée du Roi PLAKOO MLAPA 1er, Le Musée Royal de Togoville. Ce Musée inscrit au WAMP, Programme des Musées de l’Afrique de l’Ouest, reçoit depuis 2001 en moyenne  8000 visiteurs par année avec plusieurs éminences et autorités dont l’actuel chef d’Etat.

« L’histoire est importante parce qu’elle donne les clés les plus importantes pour appréhender les enjeux du présent et garantir à la postérité un meilleur avenir… Suivant la métaphore africaine, les racines sont importantes d’abord pour elles-mêmes, mais surtout pour la belle éclosion des fleurs… », conclut le roi.

Notons que les chefs de délégations des deux universités ont reçu des mains du roi, Asrafo Plakoo-Mlapa, des présents. Les tableaux faits de raphia aux couleurs vives sous le signe de la paix.

« Ce fut un merveilleux après-midi éducatif. Merci beaucoup pour votre généreuse hospitalité et votre gracieuse patience avec nos nombreux invités. Meilleurs vœux pour l’avenir de votre communauté », a écrit dans le livre d’or du musée, Katherine Schuster, PhD Oakton College, USA.

Pour Patron Henekou de la délégation de l’Université de Lomé, « il y a un privilège à écouter, à s’instruire à partir d’ici, l’histoire de notre pays et de nous-mêmes ».

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %